La connaissance des ressources en eau, un des domaines de résultats du Programme d’Approvisionnement en Eau et Assainissement

Sous la présidence du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, le ministère de l’Eau et de l’Assainissement a procédé le 25 avril 2019 à Kilingbara dans la commune rurale de Kampti, région de Sud-Ouest, au lancement du Programme d’Approvisionnement en Eau et Assainissement (PAEA). C’était en marge de la 21e édition de la Journée Nationale du Paysan (JNP) tenue les 26 et 27 avril 2019 à Gaoua. Prévu pour une durée de 5 ans, le PAEA entend dans ses domaines de résultats 1 et 2, améliorer l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement en milieu urbain et rural et renforcer le capital humain pour une pérennité des prestations de services en eau et assainissement. L’ensemble des réalisations du programme selon le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise OUEDRAOGO, vont permettre l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement d’environ 1 160 000 personnes supplémentaires dont 630 000 environ en milieu urbain et 530 000 en milieu rural. De fait, en matière de services d’assainissement, le PAEA prévoit la réalisation de 50 000 latrines familiales et la construction de près de 10 200 cabines d’assainissement avec installation permanente pour le lavage des mains dans les écoles, les centres de santé et les lieux publics choisis. En milieu rural, les réalisations seront conduites de sorte à couvrir tous les centres de santé et tous les villages qui ne disposent pas d’un point d’eau potable, principalement dans soixante-six (66) communes d’interventions des régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest. En milieu urbain, les centres ONEA bénéficieront des investissements du programme PAEA à travers la mise en place d’infrastructures prioritaires afin d’améliorer la fourniture de services d’approvisionnement en eau soit, la réalisation d’environ 82 000 nouveaux branchements privés et environ 330 bornes fontaines, l’augmentation de la capacité de production d’eau par des installations de pompage et de stockage d’eau, la construction d’environ 85 000 nouvelles latrines familiales et la construction de 1 050 nouvelles cabines d’assainissement dans les écoles, les centres de santé et les lieux publics. Par ailleurs, ce programme PAEA contribuera également,

Le Ministre de l’Eau, Niouga Ambroise OUEDRAOGO

selon le Ministre Niouga Ambroise OUEDRAOGO, à la création de 10 000 emplois environ dont 1303 au profit des femmes, dans le cadre de la gestion des bornes fontaines. Le 3e domaine de résultats vise à accroitre la base nationale de connaissance des ressources en eau souterraine et de surface  ainsi que la gestion intégrée de ces ressources en eau car les dernières études sur la connaissance de la ressource remontent aux années 80. Les objectifs de ce 3e domaine de résultats sont : (i) renforcer les connaissances et le suivi des eaux de surface, (ii) renforcer les connaissances et le suivi des eaux souterraines, (iii) rendre opérationnel le Système national d’information sur l’eau (SNIEau). Ce volet GIRE du programme prévoit concrètement la réalisation de 16 forages profonds et 14 piézomètres, 50 forages productifs dont 16 permettront la réalisation des adductions d’eau potable multi-villages, toute chose qui permettra une meilleure connaissance et un meilleur suivi de la ressource.

Le SP/GIRE, Moustapha CONGO

Le Secrétariat Permanent pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (SP/GIRE) est le responsable de l’exécution de ce volet GIRE du Programme. Il est à noter que la mise en œuvre du PAEA se fera suivant une nouvelle approche basée sur les résultats. En effet, les ressources alloués à la mise en œuvre du Programme seront décaissées sur la base des résultats obtenus et non sur la base du niveau d’avancement des activités.

Pour la réussite des différentes activités du programme,  le Ministre de l’eau et de l’assainissement n’a pas manqué de préciser que des campagnes de sensibilisation pour le changement de comportement seront conduites au sein des différentes communautés concernées en vue d’améliorer les pratiques d’hygiène et promouvoir l’utilisation effective des latrines. Dans le  même but, il a exhorté l’ensemble des acteurs concernés à faire preuve de rigueur et de professionnalisme dans l’exécution et le suivi des activités du PAEA, 6e Programme Budgétaire du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement, avec un budget de près de 180 milliards de F CFA dont plus de 150 milliards financés par la Banque Mondiale. L’Etat Burkinabè apportera une contribution financière de 15,5 milliards sur les 5ans et les bénéficiaires contribueront à hauteur de 17 milliards environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *